Bienvenue sur le site de la CSLF

La Commission scolaire de langue française est une collectivité acadienne et francophone qui offre à ses élèves une éducation de qualité dans un environnement scolaire‐communautaire accueillant et sécuritaire, et qui œuvre à la promotion et à l’épanouissement de sa langue et de sa culture.

POSTE ADJOINT.E AU CONDUCTEUR D’AUTOBUS

Endroits et heures de travail

École François-Buote (Charlottetown) – 3 à 4 h par jour

Responsabilités, exigences et qualités recherchées d’un.e adjoint.e au conducteur d’autobus :

Le présent poste consiste à assurer la surveillance et les soins des élèves qui, à cause de besoins physiques particuliers, exigent une attention spéciale lors de leurs déplacements sur l’autobus scolaire.

La nature du travail exige que la personne en poste manifeste une attitude positive et attentionnée envers les besoins spéciaux des élèves ayant des handicaps physiques.

Les tâches peuvent aussi comprendre l’opération et l’entretien d’élévateurs hydrauliques, des fauteuils roulants, d’appareils orthopédiques et d’autres aides à la mobilité requises par les élèves. La personne en poste doit avoir des connaissances en premiers soins et peut être appelée à les mettre en pratique. Le travail est exécuté sous la supervision du conducteur d’autobus.

  • Avoir un diplôme d’école secondaire de 12e année ou avoir réussi le test de formation générale;
  • Avoir une expérience ou une formation axée sur le travail auprès des enfants et des jeunes ayant un handicap physique ou mental;
  • Être en bonne condition physique et être capable de soulever des élèves pour débarquer de l’autobus, au besoin;
  • Avoir réussi l’instruction sur le secourisme, la formation en réanimation cardiorespiratoire et un cours en gestion étudiante sur l’intervention non violente en situation d’urgence (Non-Violent Crisis Intervention) serait un atout;
  • Manifester un bon entregent.

Traitement:

Selon l’échelle salariale en vigueur

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir leur demande accompagnée d’une lettre de présentation, d’un relevé de notes et diplômes ainsi qu’un curriculum vitae, avant 16 h, le 26 octobre 2018, à :

Madame Nathalie Malo, gestionnaire des ressources humaines

La Commission scolaire de langue française

1596, Route 124, RR 1, Wellington (Î.-P.-É.)  C0B 2E0

Téléphone: (902) 854-2975         Télécopieur: (902) 854-2981

nmalo@edu.pe.ca

 

Le personnel de la CSLF a participé au 71e congrès de l’ACELF

Douze employés de la Commission scolaire de langue française (CSLF) ont participé au 71e congrès de l’Association canadienne d’éducation de langue française qui s’est tenu à Moncton, au Nouveau-Brunswick, du 27 au 29 septembre. Le congrès de l’ACELF est le plus grand rassemblement multiréseau du milieu de l’éducation francophone au Canada. Environ 500 intervenants en éducation de langue française provenant de toutes les régions du Canada y participent.

Le congrès 2018, qui portait le titre « Unissons nos forces pour notre langue, notre culture et notre diversité », a permis aux participants d’acquérir des connaissances sur un éventail de sujets tels que l’approche partenariale pour le développement identitaire, linguistique et culturel, le développement langagier à l’oral, le développement du goût de la lecture, la réussite scolaire des nouveaux arrivants et l’enseignement pour la vraie vie. Trois Insulaires – Anne-Marie Rioux, Nathalie Bourque-Mol et Annie Jolicoeur – ont animé un atelier portant sur la francisation de la maternelle à la 3e année.

Selon Janelle Chaisson, enseignante à l’École Pierre-Chiasson, le congrès de l’ACELF a mis de l’avant « énormément d’informations pertinentes reliées au monde de l’éducation et nous a permis d’échanger avec d’autres enseignants du Canada vivant la même réalité linguistique que nous ». Anna Peters de l’École François-Buote renchérit : « Je suis tellement contente de savoir que je ne suis pas seule à vivre ma réalité. J’ai tellement appris ! » Enfin, pour la directrice de l’instruction de la CSLF, Julie Gagnon, « la richesse et la pertinence des informations recueillies par nos leaders lors du congrès de l’ACELF auront des répercussions positives au sein de nos 6 écoles. »

Photo : de gauche à droite, Annie Jolicoeur, Nathalie Bourque-Mol, Anne-Marie Rioux et Janelle Chaisson

 

 

 

 

L’École Évangéline est le projet d’infrastructure prioritaire pour 2019-2020

La Commission scolaire de langue française a choisi l’École Évangéline comme son prochain projet d’infrastructure prioritaire. Lors de sa réunion régulière du 11 septembre, le conseil de la CSLF a également adopté son plan d’infrastructure pour les cinq prochaines années.

Le plan quinquennal comprend aussi l’agrandissement du gymnase et de l’élémentaire à l’École-sur-Mer de Summerside, l’agrandissement de l’École François-Buote de Charlottetown et l’aménagement d’une salle de métiers et d’arts culinaires à l’École Pierre-Chiasson de Deblois. Par ailleurs, le plan prévoit huit projets mineurs tels que la réparation de fenêtres à l’École Saint-Augustin de Rustico et du toit de l’École Pierre-Chiasson. Le plan fut soumis le 15 septembre au gouvernement provincial, où il fera partie des projets à considérer dans le budget provincial des infrastructures. Le budget des infrastructures est présenté à l’Assemblée législative en novembre ou en décembre.

Le CSLF considère deux options en ce qui concerne son projet prioritaire : une rénovation majeure du Centre d’éducation Évangéline actuel, dont certaines sections remontent aux années 1960, et un nouveau centre scolaire et communautaire. Si le gouvernement accepte sa recommandation, l’analyse des deux options aura lieu en 2019-2020 et la construction de l’option préférée sera entamée en 2020.

Puisque l’analyse des options dans la région Évangéline consommera la plus grande partie de l’année financière 2019-2020 et n’exigera que très peu de fonds publics, la CSLF demandera également au gouvernement provincial de compléter l’ajout du secondaire à l’École-sur-Mer de Summerside en 2019-2020. Ce projet était la priorité de la CSLF pour l’année 2018-2019 et fut accepté par le gouvernement en novembre 2017, mais ce dernier y a consacré 5,7 millions de dollars, un montant insuffisant pour agrandir le gymnase selon les normes provinciales de construction pour une école secondaire. La CSLF souhaite que le gouvernement investisse 2,3 millions de dollars de plus en 2019-2020 pour agrandir le gymnase et compléter le projet. La demande de la CSLF pour la prochaine année financière se chiffre donc aux environs de 3 millions de dollars en nouveau financement.

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA CSLF

L’assemblée générale annuelle de la Commission scolaire de langue française aura lieu le 23 octobre à l’École François-Buote de Charlottetown à compter de 19 h. Les élèves, les parents et les autres membres de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard sont les bienvenus.


La CSLF dépasse le cap des 1000 élèves

La Commission scolaire de langue française (CSLF) de l’Île-du-Prince-Édouard a admis son 1000e élève. Il s’agit du nombre le plus élevé depuis l’établissement de la CSLF en 1990. Ce chiffre représente une hausse de 6,7 % par rapport aux effectifs dans les six écoles de langue française de la CSLF il y a un an et une augmentation de 22,5 % depuis cinq ans.

La CSLF se réjouit de cette augmentation importante et continue. Son président, Emile Gallant, s’explique cette croissance par quatre facteurs. « D’abord, nos efforts en promotion et en sensibilisation portent fruit malgré nos moyens limités. Ainsi, les parents ayant droits, francophiles et immigrants sont davantage au courant de la présence de nos six écoles de langue française et de la qualité de l’éducation qu’on y offre. Ensuite, les parents réalisent de plus en plus que nos écoles sont les mieux en mesure d’assurer des compétences et des habiletés durables en français et en anglais dans un pays bilingue et un monde multiculturel. Troisièmement, nos écoles sont situées dans des centres scolaires et communautaires où l’on tisse des liens étroits avec le centre de la petite enfance et le centre culturel francophones. Enfin, les parents apprécient le fait que le système scolaire de langue française est géré par des parents et d’autres membres de la communauté et qu’ils peuvent élire ces commissaires. »

La CSLF estime que l’augmentation se poursuivra dans les prochaines années. Sa directrice générale, Anne Bernard-Bourgeois, présente trois raisons qui lui font croire que 1500 élèves pourraient peupler ses classes dans quelques années. « D’abord, la CSLF mènera davantage de promotion et de sensibilisation à l’avenir parce qu’elle compte enfin sur un employé dédié à ce dossier. Ensuite, notre collaboration avec la Fédération des parents, l’Association des centres de la petite enfance francophones et Cap Enfants, en particulier, permet à la CSLF d’amplifier ses efforts en promotion. Enfin, la nouvelle école de Kings-est vient d’ouvrir ses portes alors que l’ajout du secondaire devrait être complété à l’École-sur-Mer en 2020. » Elle pense que la croissance se poursuivra, car elle stimulera l’agrandissement de certaines écoles.


BONNE RENTRÉE!

Au nom des commissaires de la CSLF, je souhaite une excellente rentrée aux élèves et à leurs parents, ainsi qu’à nos employés. Que l’année scolaire 2018-2019 soit un succès mémorable!

Emile Gallant, président de la CSLF


Nos élèves ont besoin de tuteurs et de tutrices

Plusieurs élèves inscrits dans chacune des six écoles de langue française de l’Île-du-Prince-Édouard ont besoin d’aide pour mieux réussir à l’école, soit pour comprendre la matière, améliorer leurs connaissances ou leurs habiletés sociales.

La Commission scolaire de langue française (CSLF) invite les francophones ayant un intérêt à aider et à accompagner ces enfants lors de leur apprentissage à s’inscrire comme tuteurs ou tutrices. Cette aide peut représenter une heure ou deux par semaine pendant quelques semaines lors de l’année scolaire, plusieurs heures pendant plusieurs semaines ou quelques heures pendant l’été.

La CSLF n’exige aucune qualification particulière, sauf l’amour des enfants et une passion pour leur apprentissage et leur réussite.

Un cachet sera versé en fonction des besoins, des qualifications et de l’expérience.

Pour plus de renseignements, veuillez rejoindre Lisa Marmen au 902-854-2975 ou lxmarmen@edu.pe.ca


Jaylynn Shields reçoit la première bourse Anita-Chiasson

Jaylynn Shields, de Saint-Félix, a obtenu la toute première « Bourse Anita Chiasson » lors de la remise des diplômes de l’École Pierre-Chiasson le 26 juin. La bourse d’une valeur de 1000 dollars est attribuée par la Commission scolaire de langue française à un.e diplômé.e de l’école qui poursuivra ses études postsecondaires en français. Jaylynn Shields prévoit mener des études en sociologie et en histoire à l’Université de Moncton dès septembre 2018.

La bourse est nommée en l’honneur d’Anita Chiasson, une fière Acadienne de Tignish qui encensait et défendait sa langue, sa culture et son patrimoine acadiens. Convaincue que l’éducation de langue française était le principal outil de survie et de vitalité des Acadiens, elle offre une partie de son terrain à Tignish pour y bâtir une école de langue française puis, dans son testament, lègue à la CSLF une somme importante pour établir un fonds de bourse pour les encourager les diplômés de l’École Pierre-Chiasson à poursuivre leurs études en français.


Assermentation de la Commission scolaire de langue française

Les neuf commissaires élus à la Commission scolaire de langue française sont officiellement en poste. Élus le 28 mai, ils ont prêté leur serment d’office et signé les documents officiels leur permettant d’assumer leur mandat 2018-2022 lors d’une cérémonie protocolaire tenue au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean de Charlottetown le 12 juillet. L’avocate Yolande Murphy, diplômée de l’École Évangéline, a co-signé les documents officiels en tant que témoin.

La Lieutenante-gouverneure, l’honorable Antoinette Perry, le ministre de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture, l’honorable Jordan Brown, et le ministre de la Main d’œuvre et des Études supérieures, Sonny Gallant, ont assisté à l’événement.

Les commissaires ont tenu leur première réunion régulière peu après leur assermentation. Pendant cette réunion, ils ont élu Emile Gallant de Charlottetown à la présidence, Gilles Benoît de Summerside à la vice-présidence et Janine Gallant d’Abram-Village au secrétariat.

 


Inscription à la maternelle


 


Publicités